posage triovis

1988, le second souffle :
création de Incabloc SA

En 1980, l’arrivée en force des mouvements électroniques, où il n’y a plus de balancier à protéger signe la chute de l’incabloc®. Réorientée vers les micromoteurs, Portescap finit par se séparer de sa division Incabloc.


En 1988, Eric Zutter créée une nouvelle société, Incabloc SA, malgré la pensée pessimiste de l’époque (la montre mécanique était condamnée de l'avis de tous à être supplantée par la technologie à quartz…). Il poursuit la fabrication du célèbre amortisseur de chocs et conserve le parc de machines et une partie du personnel, donc le savoir-faire de l’entreprise. Les quatre premières années d’Incabloc SA sont assez calmes mais la demande croît régulièrement.


En 1992, Wilfred Zutter prend la direction de l'entreprise et succède à son père à la tête de celle-ci. La même année la demande en montres mécaniques connaît un renouveau et monte en flèche, les demandes explosent. Un département de galvanoplastie est créé, le travail des fournisseurs laissant trop à désirer.

 

En 1998 Incabloc SA renforce son indépendance dans l’approvisionnement en composants décolletés. La société Demhosa, est rachetée au terme d’une longue négociation et devient un département d’Incabloc SA.


En 2003 Wilfred Zutter rachète l'ensemble de la société Incabloc SA. Au début du nouveau millénaire, de bonnes perspectives s’ouvrent à l’horlogerie mécanique qui a retrouvé un bel élan créatif. Il paraît alors évident qu’Incabloc SA doit offrir plus qu’une protection contre les chocs, d’où le projet de développer, en partenariat avec un bureau d’ingénierie, un système complet intégrant un Incabloc et une raquetterie de précision. Ce sera Incabloc+, une nouveauté lancée au début de 2004.